Bilan lectures

Le Jeu de l’amour et du hasard, Marivaux

marivaux

Il n’y a aucun doute à avoir sur cette pièce. C’est une comédie. Malgré le fait que l’intrigue n’ait aucun suspense, on comprend tout de suite comment l’histoire va se terminer, l’auteur a réussi à nous faire mourir de rire. Je l’ai presque trouvée trop courte, tant j’ai ri. Généralement c’est un comique de situation et notre imagination suffit pour voir les quiproquos des scènes. La fin n’est pas folle du fait que l’on s’y attend mais j’étais tout de même pleinement heureuse de celle-ci grâce aux péripéties qui sont très bien menées.

« LISETTE. Mon cœur est fait comme celui de tout le monde ; de quoi le vôtre s’avise-t-il de n’être fait comme celui de personne ? »

Le Journal d’un fou, Nicolas Gogol

gogol

Je ne sais pas quoi penser de ce texte. Il ne s’y passe pas grand chose, on ignore quel personnage croire. Ca n’a ni queue ni tête, et surtout, il n’y a pas de fin. C’est véritablement comme un journal intime abandonné. C’est sûrement ce qui me dérange le plus. On ignore ce qu’il est advenu du fou. Et quel fou ! Il aurait peut-être fallu lui dire d’arrêter la drogue…

Le Portrait, Nicolas Gogol

Je suis bluffée de la précision utilisée par l’auteur. On voit un artiste donner vie à des portraits et l’écrivain donne vie à la peinture avec des mots. J’ai beaucoup aimé cette lecture, surprenante, troublante mais délicate.

« Ces yeux regardaient, ils regardaient littéralement du fond du tableau, à tel point que leur étrange vivacité en détruisait l’harmonie. »

« C’est tout de même la nature, la nature vivante ! Pourquoi donc ce sentiment étrange, pénible ? Faut-il croire que l’imitation littérale, servile, de la nature est déjà en soi criminelle et résonne comme un cri aigu, discordant ? Ou bien faut-il croire que si l’on traite l’objet avec indifférence, si l’on ne sympathise pas avec lui, il apparaît nécessairement dans son affreuse réalité ? »

La perspective Nevsky, Nicolas Gogol

Cette nouvelle-ci ne m’a pas plus. Je la trouve sans intérêt, tout simplement car il ne s’y passe rien. Un homme suit une femme dans la rue et veut la séduire. Voilà, vous connaissez toute l’histoire, vous n’avez plus besoin de lire le texte. Toutes nos lectures ne peuvent pas nous plaire malheureusement, ça fait parti du jeu…

« Seigneur ! Donne-moi la force de supporter ce bonheur ! Ma vie ne peut le contenir ! Il brisera mon corps et ravira mon âme !… »

« L’homme est un être si merveilleux qu’il est impossible de dénombrer en une fois toutes ses vertus, car à mesure qu’on les examine de plus près on y découvre de nouveaux détails, dont la description serait interminable. »

« Tout n’est que mensonge ici, tout n’est que rêve, et la réalité est complètement différente des apparences qu’elle revêt. »

Les attaques de la boulangerie, Haruki Murakami

Murakami

Se sont deux petites nouvelles très plaisantes sur l’effet du manque sur le comportement humain et, à contrario, l’effet de l’enrichissement. La faim prend donc deux sens, un besoin de nourriture et une soif de connaissances. De plus, l’édition 10/18 est magnifiquement illustrées, que se soit par le coup de crayon incroyable ou le choix des couleurs. C’est une très belle découverte.

« Dieu était mort, tout comme Marx et John Lennon. »

« C’est ainsi que, sur fond de mélodies wagnériennes, nous nous bourrâmes de pain. »

Nana, Ai Yazawa, tomes 11 à 21

yazawa

Un manga dont je vous ai déjà parlé et que j’adore sincèrement. Ces 10 derniers tomes, je les ai dévorés. Le suspense était insoutenable, le petit côté niais avait complètement disparu et la chute… m’a glacée le sang. Un manga qui m’a émue à de nombreuses reprises, avant de marquer mon esprit au fer rouge avec une fin que je n’avais même pas pensé imaginer.

« Même si on ne m’aime pas en retour, je veux aimer. Je veux aimer quelqu’un du fond du coeur. N’aimer que cette personne. C’est ce qu’il y a de plus simple… Alors pourquoi est-ce si compliqué ? » Tome 14

Dernières nouvelles des oiseaux, Erik Orsenna

orsenna

Une histoire très simple à lire mais surtout extrêmement surprenante. Je ne m’attendais à m’accrocher aux enfants au point de vouloir leur réussite, leur bonheur et les soutenir dans toutes leurs péripéties. Un très bel ouvrage sur les liens entre les personnes, le jugement qui est bien trop souvent présent et la -fausse- barrière qu’est la langue. Petit plus : il est très bien illustré. Parfait pour les adultes et les enfants. Une pépite.

« Je veux dire cette catégorie particulière de sportifs dont le sport est de parler du sport. Ces gens-là sont des sportifs de la langue : ils discutent sans fin du match de la veille, imaginent sans fin le match du lendemain. »

« Les idées sont comme les lapins : elles ne restent pas longtemps seules. A peine arrivées sur Terre, elles font l’amour entre elles et fabriquent d’autres idées, des enfants innombrables. »

Cette chanson que je n’oublierai jamais, Mary Higgins Clark

clark

J’ai mis un peu de temps à entrer dans l’histoire, qui paraît tout d’abord ordinaire. Je ne sais pas à quel moment je suis entrée dans le livre, mais je ne le lâchais plus. J’étais totalement entrée dans l’enquête, toujours entrain de chercher le coupable -ou les coupables- avec les personnages. L’histoire est très bien menée, on ne sait plus en qui avoir confiance. Même lorsque je ne pouvais pas lire, le récit tournait dans ma tête. Je comprends pourquoi il fait parti des « spécial suspense », il tient tellement en haleine !

« Je suis plutôt d’un naturel décontracté, pourtant je me sentais mal à l’aise aujourd’hui, assise dans ce fauteuil, rougissant sous le regard perçant de ces yeux gris. J’étais à nouveau la fille du paysagiste alcoolique. »

Voici un second bilan lectures en un petit mois. Il faut dire les vacances de Pâques ont été pour moi une occasion privilégiée de me jeter à corps perdu dans les livres qui me donnaient follement envie. Et vous, qu’avez-vous lu ce mois-ci ?

A bientôt sur FollementMarion ! 🙂

Publicités

A propos FollementMarion

Bonjour, je m'appelle Marion, j'ai 21 ans et je suis étudiante en Lettres Modernes. J'espère accéder au sublime métier de bibliothécaire, mais rassurez-vous, je ne parle pas que de livres sur mon blog. Instagram : @follementmarion A bientôt !
Cet article, publié dans livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s