Jeux de glaces, Agatha Christie

christie

Le début de cette lecture a été fastidieux. Je ne parvenais pas à me repérer entre les personnages, dont les noms s’entremêlaient sans aucune logique. Ce qui n’est franchement pas pratique pour entrer dans une oeuvre… Je suis déçue, Agatha Christie m’avait tellement plue de A à Z avec Dix petits nègres ! En plus, j’étais vraiment mal à l’aise en lisant, c’est vraiment une ambiance malsaine qui nous entoure. Quelque chose me gêne, mais pas en bien. Un peu comme Ruth, qui a ressenti cette sensation étrange lorsqu’elle est allée rendre visite à sa sœur. Alors je ne sais pas si c’est voulu ou non, mais vraiment je coince.

Une fois le premier chapitre passé, la lecture a été plus simple et plus fluide. Elle n’est pas devenue transcendante pour autant, loin de là, mais l’idée d’abandonner en cours de route s’est estompée. Ce qui est déjà bien, j’aime terminer chaque livre entamé. Sinon j’ai l’impression de gâcher et de leur manquer de respect. Bizarre n’est-ce pas ? Je sais.

Le style d’Agatha Christie est néanmoins sans prise de tête, des mots de la vie de tous les jours, une expression fluide et sans heurt. Bien que j’avais moins de mal à le lire au bout d’un moment, je n’ai pas su me prendre au jeu. Je n’étais pas dans la peau du lecteur-enquêteur. Ça restera une lecture sans plaisir, quelconque, passive.

Je suis tellement déçue de ne pas avoir pris de plaisir pour cette quatrième lecture du #ReadingClassicsChallenge2018… Mais bon, ça fait parti du jeu !

Citations

« Quelle chose curieuse que l’amitié ! […] Leurs routes avaient divergé presque tout de suite et, pourtant, la vieille affection avait survécu. »

« Mais il a cette même manie de vouloir rendre tout le monde heureux. Comme si c’était possible. »

« Mais, chère demoiselle, nous sommes tous un peu fous, dit-il en s’effaçant pour la laisser entrer. C’est là le secret de l’existence ! Nous sommes tous un peu fous. »

« […] un décor, c’est quelque chose de bien réel. N’est-ce pas, Mr Restarick ? […] C’est fait avec des matériaux qui n’ont rien d’irréel… de la toile, du bois, de la peinture, du carton. L’illusion est dans l’œil du spectateur et non dans le décor lui-même. »

« J’ai toujours cru que je savais distinguer le vrai du faux. Il y a là une réalité… et elle me semble irréelle… Je peux donc me tromper sur tout… Mais qui peut bien vouloir m’infliger une mort aussi affreuse . Personne, dans cette maison, ne peut désirer ma mort… »

signature

Publicités

A propos FollementMarion

Bonjour ! Sur FollementMarion, on parle principalement produits de beauté et livres. Parfois, quelques articles peuvent traiter un autre sujet, comme les films et séries, lieux à visiter... J'espère que ce blog te plaira et n'hésite pas à interagir en commentaires ! Twitter : @follementmarion A bientôt !
Cet article, publié dans livres, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s