La passe-miroir : les disparus du Clairdelune, Christelle Dabos

dabos

Bizarrement, j’ai pris beaucoup de plaisir à me replonger dans l’univers illusionniste du Pôle. Ophélie et Thorn m’avaient beaucoup manquée durant mes lectures intermédiaires. Leur destin m’inquiète davantage que le mien, je me suis tellement attachée à eux !

Ce second tome était encore plus énigmatique que le premier, bien que les pensées de Thorn me paraissaient plus simples à anticiper. D’ailleurs, en parlant de lui, il m’a tellement fait mal au cœur tout au long de ma lecture… Alors qu’il fait tout pour Ophélie, lui montrer qu’il tient à elle dans sa globalité et non pas qu’à ses mains, celle-ci continue d’être odieuse. Je passe mon temps à l’engueuler. J’attends tellement qu’elle ouvre les yeux et qu’elle se rende compte de la méchanceté avec laquelle elle s’adresse à son futur mari, son plus grand allié.

De nouveaux personnages font leur apparition, tous plus bizarres et suspects les uns que les autres. Les gens eux-mêmes sont des illusions. Mais cela n’est pas si invraisemblable que cela, il s’agit en réalité de l’hypocrisie qui noie notre société, notre monde. Mais le plus impressionnant, c’est Farouk. Il semble être une illusion pour lui-même.

Si je devais résumer ce tome en un mot, ce serait surprenant. C’est une saga qui sort vraiment du lot et j’ai de suite commandé le tome 3. Je n’aime pas lire des grands formats, mais je ne pouvais décidément pas attendre des années, le temps qu’il soit publié en poche. C’est un sacrifice qui montre bien à quel point j’ai eu un coup de cœur.

Citations

« La tante Roseline avait toujours été aux yeux d’Ophélie une femme aussi inébranlable qu’une poutre. La voir se fêler ainsi, sur cette banquette de train, lui noua la gorge. Elle aurait voulu trouver les bons mots, là, maintenant, pour vite colmater cette brèche et rendre à la tante Roseline toute sa solidité, mais Ophélie ne sut pas quoi lui dire. Il en allait toujours ainsi avec elle : plus elle avait le cœur gros et plus sa tête était vide. »

« Si Ophélie avait retenu une chose dans sa vie, c’était que les erreurs étaient indispensables pour se construire. »

signature

Publicités

A propos FollementMarion

Bonjour ! Sur FollementMarion, on parle principalement produits de beauté et livres. Parfois, quelques articles peuvent traiter un autre sujet, comme les films et séries, lieux à visiter... J'espère que ce blog te plaira et n'hésite pas à interagir en commentaires ! Twitter : @follementmarion A bientôt !
Cet article, publié dans livres, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s