La Passe-miroir : la mémoire de Babel, Christelle Dabos

dabos

J’ai englouti ce tome 3 en quelques heures. Déjà parce que Thorn me manquait presque autant qu’à Ophélie, mais aussi parce que Christelle Dabos parvient à encore être surprenante. Malgré le fait que je me sois habituée au monde de La Passe-miroir, je ne me suis nullement ennuyée. Bien que quelques longueurs sont à déplorées dans la première partie du roman, ce troisième tome est d’un renouveau assez impressionnant.

C’est assez dingue pour quelqu’un qui n’accroche habituellement pas au fantastique, mais ici je vis ma lecture. Je ressens de la colère envers Ophélie lorsqu’elle se comporte telle une enfant, de la peur face au meurtrier, etc. Je suis extrêmement sensible à l’écriture de l’autrice et je dois bien avouer que c’est un réel plaisir de plonger dans une lecture si enivrante.

A l’instar d’un one-shot, la découverte d’une nouvelle arche et donc de nouveaux codes, placent le lecteur dans une posture de découverte et d’apprentissage. Et dans ce monde fantastique, ce n’est pas une mince affaire. Ce que l’on sait des deux précédentes arches s’emmêle à ce troisième lieu, à la fois si semblable et si différent. Différent en surface, mais fondamentalement similaire.

Encore une fois, on se méfie de tout le monde alors que l’on a envie de faire confiance à certaines personnes comme ose le faire Ophélie. De ce fait on craint pour sa sécurité à chaque page et malgré tous les scénarios imaginés, tout n’est que surprise. Notamment car ce tome est davantage une aventure cérébrale. Mais il ne faut pas se fier à l’intrigue, plus lente que dans les deux tomes précédents. Les révélations de ce tome m’ont renversée le cerveau. Je suis engourdie, transie comme si on me retirait quelque chose d’essentiel à ma vie.

Je m’en vais hiberner jusqu’à la sortie du tome 4.

Citations

« L’attente, l’interminable attente lui creusait un trou à l’intérieur du corps. Chaque nouvelle journée, chaque nouvelle semaine, chaque nouveau mois agrandissaient ce trou. Ophélie se demandait quelquefois si elle n’allait pas finir par tomber à l’intérieur d’elle-même. »

« La seule véritable erreur est celle qu’on ne corrige pas. »

« À quel moment cessons-nous d’être des humains et devenons-nous des objets ? »

signature

Publicités

A propos FollementMarion

Bonjour ! Sur FollementMarion, on parle principalement produits de beauté et livres. Parfois, quelques articles peuvent traiter un autre sujet, comme les films et séries, lieux à visiter... J'espère que ce blog te plaira et n'hésite pas à interagir en commentaires ! Twitter : @follementmarion A bientôt !
Cet article, publié dans livres, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s