Livre vs Film : La Ligne verte, Stephen King

Bonjour tout le monde !

Parlons aujourd’hui de La Ligne verte, œuvre du célèbre Stephen King. Je vais vous partager un avis très mitigé, vous comprendrez pourquoi en lisant l’explication.

la ligne verte

J’ai conseillé ce livre à mon père sans l’avoir lu. Il l’a adoré, de ce fait je l’ai lu à sa suite. Effectivement, je n’ai pas été déçue. Ce roman est un chef-d’œuvre. Le personnage principal me paraît à la fois dans l’action et dans un autre temps. Les femmes de sa vie, Elaine et ??? (sa femme), sont les maîtresses de l’action. Elles poussent le protagonistes à agir, le guident dans ses moments de doutes et lui redonnent confiance. Elles sont primordiales pour l’intrigue, sans elles il ne se passerait rien. Sans surprise, Delacroix, Caffey et Melinda Moores aspirent à beaucoup d’empathie. A contrario, Percy et Wharton ne provoquent de dégoût et colère. Beaucoup d’émotions et de sentiments s’entrechoquent à travers ce récit. Et l’idée que cela puisse être réel donne froid dans le dos.

Le problème est bien là. Sans elles ils ne se passent pas grand chose. Or dans le film, elles sont excessivement effacées. Les péripéties perdent alors de leurs sens. De plus, l’intrigue est beaucoup plus lente, donc beaucoup plus ennuyante. Je n’ai pas du tout accrocher au film, que je n’ai pas su suivre jusqu’à la fin. Peut-être l’ai-je regardé trop rapidement après la lecture du livre, mais se sont deux œuvres complètement différentes. L’une est bonne, l’autre est mauvaise. Evidemment il s’agit ici de mon opinion propre et je conçois très bien que des personnes aient pu adorer le film. D’ailleurs je l’espère pour vous car je suis sincèrement déçue, j’aurais voulu l’aimer autant que le livre.

Que pensez-vous de son roman et de son adaptation ? Aimez-vous autant le film que le livre ?

signature

Publicités
Publié dans films, livres | Laisser un commentaire

Revue : Shampoing à la camomille Kneipp

kneipp 1

Prix/quantité : 1,49€/200ml

Ce qu’en dit la marque : Shampoing brillance à la camomille pour cheveux normaux. Sa formule unique sans silicone, au panthénol et à la vitamine E, apporte aux cheveux douceur et brillance. Produit cosmétique. Ne pas avaler. Tenir hors de la portée des enfants.

transition

Ce que j’en dis : Ce shampoing mousse très bien et rend les cheveux parfaitement propres. Il n’y aucun résidu qui reste après le rinçage. Les cheveux sont légers, brillants, doux et démêlés. Oui, démêlés au point où se pose la question de l’utilité de mon après-shampoing ! C’est un bonheur de l’utiliser. L’odeur n’est pas tout à fait à mon goût car je la trouve trop forte, mais, comme d’habitude, un avis olfactif est subjectif. Et je ne vais certainement pas m’en plaindre vu l’efficacité du produit alors que j’ai beaucoup de mal à dompter mes cheveux ces derniers temps. Le rapport qualité/prix est d’autant plus excellent qu’il ne coûte pas grand chose et qu’il faut une noisette de produit pour venir à bout de mes cheveux longs. Cela le rend donc très rentable. Mais -parce que oui, c’était trop beau pour être vrai- il y a un gros bémol au niveau des ingrédients. Une marque qui se dit naturelle et dont le deuxième ingrédient est un détergent, ça craint ! Ce produit est donc parfait pour les personnes qui ne font pas attention aux ingrédients utilisés pour la fabrication de nos produits cosmétiques.

Et vous, avez-vous trouvé votre perle en tant que shampoing ? Lequel est fait pour vous ?

signature

Publié dans beauté, Soins | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Destination : Bruges

À défaut de partir en vacances, une journée par-ci par-là vers une destination peu ou pas connue fait toujours du bien. C’est dans ce cadre que nous avons décidé de se faire une troisième journée en amoureux. Cette fois, nous avons même quitté le pays et sommes allés en Belgique, à Bruges.

canaux intro

J’y étais déjà allée il y a 2 ans pour le marché de Noël, mais mon copain découvrait totalement cette jolie ville. Une belle architecture, des canaux et le vélo comme moyen de transport principal… Une ville aussi belle que reposante. Notre coup de cœur a tout de même été simplifié par la météo qui était de notre côté, un sublime soleil et des températures extrêmement clémentes.

Nous nous sommes rendus à Bruges à l’aveugle. Nous n’avions pas pris de plan ni fait aucune recherches sur les choses qu’il faut absolument y faire. C’est pourquoi nous sommes essentiellement restés près de la grand-place où se trouve leur sublime mairie. Un bâtiment monumental par sa grandeur et son architecture époustouflante. De l’autre côté, une statue et ses toitures en escaliers complètent la magnificence de la place.

mairie statue

Nous nous sommes promenés dans les petites ruelles adjacentes, toutes aussi jolies les une que les autres. L’architecture de cette ville est très rigoureuse, très minutieuse. Tout se trouve dans une infinité de détails, dans la disposition des fenêtres pour apporter un maximum de lumière dans les bâtiments. C’est au détour d’une des ruelles que nous avons croisé ce beau cheval et sa calèche. Mais pour ne pas vous mentir, nous n’avons pas voulu payer 50€ pour faire un tour de quartier. Surtout que nous n’avons aucune preuve des bons soins prodigués à ces animaux si doux avec nous, les humains.

calèche

Nous n’avons tout de même pas fait que promener. Nous sommes allés faire un tour sur les canaux. J’ai été étonnée de la stabilité des petits bateaux et du peu d’eau nous ayant éclaboussé. C’est même un mouvement apaisant. Une ballade de pur bien-être. Et puis il faut aussi avouer que nous sommes tombés sur un conducteur très drôle, ce qui aide à passer un bon moment. Mais le plus incroyable reste le paysage. C’est d’une beauté et d’une grâce… je n’ai pas de mots.

canaux

Nous avons mangé à la Friterie 1900, sur la place. Le service était agréable, les frites très bonnes mais les burgers ne nous ont pas conquis. Pour le goûter nous nous sommes arrêtés dans un salon de thé dans une rue parallèle à la place, où l’on a pris chacun une gauffre au Nutella. Les gauffres étaient excellentes mais ils ont mis peu de chocolat alors que ça coûte 5,50€ l’unité. Deux fois plus cher que sur Lille, qui est déjà une ville pas donnée.

Comment aimez-vous Bruges ?

signature

Publié dans Bla bla | Tagué , , , , , , , , | 3 commentaires

Revue : Crème pour les ongles veggie Alessandro

alessandro 1Prix/quantité : 4,90€/15ml

Ce qu’en dit la marque : Crème pour ongles avec une composition de senteurs carotte/orange. Les légumes sont riches en nutriments et en antioxydants précieux. Les extraits végétaux sont par conséquent de plus en plus utilisés dans les produits de soins. Ce sont essentiellement les vitamines et les composés phytochimiques qui fournissent un teint lisse et frais. La crème pour les ongles Veggie renforce et nourrit les cuticules avec des ingrédients de haute qualité à base de tomates, de concombres et de carottes. Ce soin booster est complété par des notes parfumées fraîches et fruitées.

alessandro 2

Ce que j’en dis : La texture se présente davantage en baume qu’en crème. Il suffit de frotter légèrement le produit pour en prélever. Ensuite, il faut masser les ongles. Le massage est important pour bien faire pénétrer le produit et optimiser l’hydratation. Les ongles sont nourris, ils se dédoublent et se cassent moins rapidement. Ce qui est un excellent point. Le packaging est mignon sans fioriture. De plus, sa contenance est très pratique pour le transport, sans risque d’en mettre partout comme avec une huile. D’autant plus que les 15ml vont permettre d’hydrater nos ongles pendant un long moment avant d’être terminés. Ça fait déjà un moment que j’ai ce produit et comme vous pouvez le constater il est quasiment comme neuf. Il y en a pour toute une vie ! Par contre il faut bien avouer que ce n’est pas le packaging le plus hygiénique. J’ai beau me laver les mains avant de l’utiliser, il y a toujours un peu de saletés qui s’y glissent. Vous pouvez certainement le voir sur la photo d’ailleurs.. L’odeur est également très agréable et appréciable. Les odeurs de carotte et ‘orange se marient très bien. Un petit pot pour un grand moment cocooning et de réconfort pour nos ongles, le tout à petit prix.

Vous êtes plutôt crème pour les mains ou soins spécifiques pour chouchouter vos ongles ?

signature

Publié dans beauté, Ongles, Soins | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Soldat Peaceful, Michael Morpurgo

Je ne connaissais pas du tout ce livre,ni son auteur, avant de le trouver dans la bibliothèque de mon beau-père. Un roman jeunesse savouré durant une nuit d’insomnie. D’ailleurs je me demande pourquoi ils l’ont publié dans la collection junior, mais j’aurais l’occasion d’y revenir plus loin.

soldat-peaceful

Soldat Peaceful, Michael Morpurgo

J’ai beaucoup aimé suivre les aventures tumultueuses de Tommo et ses proches. Un enfant renfermé, pas très dégourdi et dépendant. Ce livre s’attaque à plusieurs sujets sérieux : les relations compliquées entre individus, la guerre mais aussi la maladie. Dans ce texte, l’auteur nous livre la perception qu’ont les gens des personnes malades à travers le personnage de Big Joe, atteint de ce qui me semble être l’autisme. Une maladie encore trop peu connue aujourd’hui, et encore trop moquée. On peut voir en lisant ce bouquin que le comportement d’autrui n’a pas  vraiment changé à ce sujet depuis le début du XXe siècle. Aberrant. Mais sont également traités les liens serviteurs/capitaine et surtout les liens filiaux.

J’ai trouvé attachant le dévouement de Tommo pour soutenir sa famille et les rendre les plus heureux possibles malgré ses nombreuses maladresses souvent irréversibles. La vie difficile du temps des seigneuries nécessitait des familles extrêmement unies sinon la vie n’y était plus possible. Cependant la relation entretenue par les deux frères et leur voisine me dérangeait. Ils sont comme une sorte de couple à trois. Néanmoins le récit en reste très beau. Les mots utilisés pour décrire la rudesse de la vie, l’injustice et l’absurdité de cette Première Guerre Mondiale sont frappants de réalité. De sincérité.

J’ai beaucoup de mal à parler de ce livre. J’ai beaucoup aimé le lire mais il y a tant de choses qui m’ont à la fois plues et dérangées. Poignant comme il l’est, je ne l’aurais pas catégorisé Jeunesse. L’intrigue est assez dure pour de jeunes adolescents, mais plus pour des lycéens. Après c’est tout à fait personnel comme point de vue, certaines personnes laissent bien jouer leurs enfants de moins de 10 ans jouer à des jeux vidéos interdits aux moins de 18 ans… Enfin soit, c’est un autre sujet. 

Si vous avez un avis bien précis ou différent du mien n’hésitez pas ! 🙂

signature

 

Publié dans livres | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Revue : Crème de jour à l’huile de macadamia bio Avril

avril

Prix/quantité : 7€/50ml

Ce que la marque en dit : La crème de jour Avril contient de l’huile de macadamia bio et d’amande douce bio, pour nourrir en douceur les peaux normales à mixtes. Avec de l’extrait de lys bio et un parfum 100% naturel, son odeur est subtile et fraîche. Certifiée bio et écologique par ECOCERT Greenlife. Fabriquée en France.

transition

Ce que j’en dis : L’odeur chaude me semble boisée. Elle n’est pas trop forte et ne reste pas sur la peau. Elle peut donc convenir aux personnes sujettes aux maux de tête. Néanmoins, je n’en mettrai pas ma main au feu, je ne suis pas professionnelle dans le domaine. Cette crème un peu épaisse se masse bien et pénètre rapidement dans la peau. L’hydratation est visiblement présente et rend ma peau mixte bien plus belle. Je n’ai plus de zones de sécheresse sans pourtant que la peau brille. La crème a un fini velours/poudré aussi beau qu’agréable. En plus, je n’ai besoin que de peu de produit pour hydrater mon visage et mon cou à la fois, ce qui rend la crème économique.

Que pensez-vous de la marque Avril ? Quelle est votre crème hydratante du moment ?

N’oubliez pas de me rejoindre sur Twitter ! 😀

signature

Publié dans beauté, Soins | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Sylvie de Gérard de Nerval

Ça faisait un moment que j’y pensé, que j’en avais envie. Depuis l’article que je vous ai rédigé sur Ulysse, pour être sincère. Cette envie s’est renforcée lorsque je vous ai parlé de Demain j’arrête !. Alors ce n’est pas officiel, ça ne sera peut-être pas régulier, mais je vais vous publier mon avis sur les livres que je lis aussi souvent que je le pourrai, que j’y arriverai. Parce que oui, je dois l’avouer, parfois je n’arrive pas à exprimer mon ressenti sur certains bouquins. Que se soit positif ou négatif, certaines œuvres me procurent des sentiments et des sensations inexplicables.

transition

Ceci étant dit, passons à Sylvie. Il s’agit d’une nouvelle écrite par Nerval, auteur tout de même bien connu. Pourtant c’est la première fois que je lisais un récit de sa plume. Comme dans la plus part des textes qui existent, l’intrigue parle d’amour. Mais également du temps qui passe, du Moi qui évolue et qui se cherche. Une quête personnelle et amoureuse s’engage dans cette nouvelle très brève mais tout autant explicite.

nerval

Après plusieurs années passées à Paris, le protagoniste retourne à la campagne. Cette même campagne où il était tombé amoureux de deux jeunes femmes et où il avait encaissé deux amours impossibles. Ce retour provoque un nombre incalculable de souvenirs et engendre une tourmente mentale chez notre personnage principal.

Nous, lecteurs, nous trouvons dans sa tête. Nous vivons donc cette tornade de souvenirs de l’intérieur. Cette nouvelle est très déstabilisante puisque nous sommes assaillis à la fois de souvenirs, de moments présents et des doutes du personnage. Les souvenirs sont très froids au début, puis le narrateur se confie de plus en plus. Comme si une relation de confiance s’instaurait au fil des pages. Il nous confie alors sa vie, comme si celle-ci en dépendait. Le lecteur est sa béquille. Comme si nous pouvions tout résoudre. Je vous bombarde du pronom « il » car il n’a pas de nom. Il semble l’avoir perdu en même temps que sa raison. Plus il doute, plus nous doutons. Les a-t-il vraiment aimé ? Est-il un homme si bon qu’il ne le dit , Est-il aussi cultivé et curieux qu’il n’apparaît ? Il est tellement perdu qu’il semble écrire une pièce. L’histoire de sa vie, avec son propre rôle en personnage principal. Il s’appuie sur l’oreille tendue de son spectateur pour remettre -en vain- son esprit en place. C’est l’écriture d’une intériorité profonde.

En cherchant des renseignements sur l’oeuvre, j’ai appris une chose qui corrobore parfaitement avec tout ce que j’ai ressenti et pensé en lisant ce court récit. Gérard de Nerval a écrit ces pages pendant une crise psychique. Il l’annoncera d’ailleurs lui-même dans Aurélia ou le rêve de la vie : « […] je l’écrivis péniblement, presque toujours au crayon, sur des feuilles détachées, suivant le hasard de ma rêverie ou de ma promenade. Les corrections m’agitèrent beaucoup. Peu de jours après l’avoir publiée, je me sentis pris d’une insomnie persistante. »

Citation

« Cet état, où l’esprit résiste encore aux bizarres combinaisons du songe, permet souvent de voir se presser en quelques minutes les tableaux les plus saillants d’une longue période de la vie. »

Vous connaissez l’écriture poétique de Nerval ?

signature

Publié dans livres | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire