Revue : Crème mains à la noix de coco The Body Shop

the body shop mains

Prix/quantité : 6€/30ml

Ce qu’en dit la marque : Indispensable du sac à mains, cette crème pour les mains s’utilise au quotidien pour une hydratation instantanée. Délicatement parfumée à la noix de coco, sa texture gel-crème légère pénètre facilement et laisse la peau douce et parfaitement protégée. Huile de noix de coco vierge biologique des Samoa (Polynésie) issue du commerce équitable. Karité du Ghana issu du commerce équitable.

nvle transition

Ce que j’en dis : Comme pour la crème à l’amande, la présentation sous forme de tube de peinture est aussi pratique qu’originale. J’aime beaucoup, c’est simple à glisser dans un petit sac pour pouvoir s’hydrater les mains en toutes circonstances. L’odeur de la noix de coco est l’une de mes préférées. Elle n’est pas chimique et embaume la pièce. Mais justement, elle est trop forte à mon goût, limite entêtante. Et comme elle tient plusieurs heures sur la peau, je fais attention à ne pas approcher mes mains de mon visage. Je trouve que c’est un produit qui s’adresse donc davantage aux personnes qui supportent les odeurs fortes. La texture gel est fraîche, ce qui est très agréable pendant ces journées où le temps est si lourd. La crème hydrate correctement la peau mais j’ai du mal à l’appliquer. Le produit pénètre trop vite. J’ai beau masser rapidement, les zones de sécheresse restent souvent un peu rugueuse car elles demandent que l’on s’attarde en les massant. Sinon en général, la peau est bien hydratée, douce et parfumée. Bien que se ne soit pas sur le long terme et qu’il faudrait recommencer dès que je me lave les mains et comme l’odeur à tendance à m’écœurer ça me rebute et je rechigne un peu à l’utiliser…

Vous aussi vous avez un peu de mal avec l’odeur de noix de coco The Body Shop ?

signature

Publicités
Publié dans beauté, Soins | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Le Temps des regrets, Mary Higgins Clark

clark

Ce roman policier est lambda. Il se lit très facilement et ne nécessite pas de réflexion. Trois enquêtes s’entremêlent jusqu’à se réunir. Or il n’y a que la quête personnelle de Delaney -et donc l’enquête de Alvirah- qui a su me surprendre. Je pense que je me suis tellement focalisée sur le meurtre de ce pauvre docteur que je n’ai pas vu les liens qui réunissaient les affaires. Je n’avais vraiment pas vu venir la révélation de la mère biologique. J’étais persuadée qu’elle serait inaboutie.

Clark est, selon, moi une autrice à lire lorsque l’on souhaite un bouquin qui tient la route mais qui reste sans prise de tête. Ce n’est peut-être pas de la grande littérature mais c’est parfait pour se détendre et s’occuper 1h.

Même si j’ai su me laisser surprendre, ce n’est pas un policier qui fait frissonner. On se doute de ce qu’il va se passer à la fin. Cette lecture n’est pas un coup de cœur, j’étais même heureuse de le terminer. Mais il m’a permise de souffler un bon coup avant d’entamer ma lecture en cours.

Citations

« Sa mort a été un vrai soulagement parce que nous n’arrivions même plus à nous souvenir de la femme merveilleuse qu’elle avait été, nous avions oublié sa gaieté et ses éclats de rire. »

« Il est temps pour ma génération de prendre ses responsabilités et de s’impliquer dans la recherche contre le cancer. »

« Le meilleur moyen de combattre le chagrin, c’était de s’occuper. »

signature

Publié dans livres | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Revue : Baume démêlant grenade Cattier

cattier

Prix/quantité : 11€/150ml

Ce qu’en dit la marque : Le baume démêlant Cattier nourrit en profondeur, répare et revitalise les cheveux sans les alourdir. Sa texture onctueuse et fondante libère un délicieux parfum de grenade. Enrichi en aloe vera, aux vertus protectrices et nutritives, il fortifie la fibre capillaire, lisse les écailles et gaine le cheveu. L’Arnisol Trio restaure la barrière lipidique du cuir chevelu et apporte brillance, souplesse et volume. Protégés des agressions extérieures, les cheveux sont doux et soyeux, plus faciles à coiffer. Après chaque shampoing, appliquer sur cheveux rincés et essorés. Répartir uniformément sur les longueurs et les pointes. Laisser agir quelques instants et rincer abondamment à l’eau tiède.

nvle transition

Ce que j’en dis : J’avais peur que la texture baume soit compliquée à appliquer sur l’ensemble des longueurs alors qu’il fond totalement sur les cheveux. C’est donc un soin qui s’utilise sans chichi, rapidement, et sans un grand temps de pause. Quelques minutes suffisent. Dans la même lignée, le rinçage s’effectue sans encombre. L’excès de produit glisse simplement et ne laisse pas de film gras. Les résultats sont réellement visibles. Mes cheveux sont démêlés avec une facilité déconcertante, galbés, brillants et doux. Ce baume est absolument parfait pour prendre soin de mes cheveux. Et comme si mon amour pour ce produit n’était pas assez grand, l’odeur de grenade est totalement envoûtante. Loin d’être entêtante ou chimique, elle embaume la douche pour un vrai moment de plaisir. C’est une excellente découverte !

signature

Publié dans beauté, Non classé, Soins | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Thérèse Raquin, Émile Zola

zola

Je ne pensais pas autant aimé un Zola. C’est un auteur qui me faisait franchement peur, sa réputation le précède et elle ne va pas forcément en sa faveur. Quelle bonne surprise m’a réservée ce #ReadingClassicsChallenge2018 ce mois-ci ! Malgré cet enthousiasme, je tiens à m’expliquer car cette lecture, bien qu’un très bon souvenir, n’a pas été toute rose.

J’ai complètement adoré le début. Préface comprise et même davantage. J’ai trouvé la plume de Zola d’une justesse et d’une sincérité explosives, le tout accompagné d’un humour absolument excellent. Bien évidemment, tout est question de goût et de personnalité. On adhère ou pas. Néanmoins, au fil des pages, l’écriture se voit rébarbative et donc j’ai pris moins de plaisir dans ma lecture. De plus, le tout devient assez prévisible. Malgré l’angoisse pesante permanente, ce manque de suspens retire du charme à l’oeuvre. Mais je ne peux que m’incliner devant une telle mise en avant des émotions et des sensations. Étant une personne ne sachant pas les contrôler, j’ai été frappée par tant de vraisemblance, tant de vérité dans leurs descriptions.

Ce qui me vient d’ailleurs de suite à l’esprit, c’est la célèbre expression de Freud : une inquiétante étrangeté. Je trouve que cela sied parfaitement à l’atmosphère de ce roman. La passion est ici vue sous toutes les coutures, de la passion amoureuse à la passion meurtrière. Toutes les émotions négatives qui peuvent exister sont présentes dans ce texte, créant une terrible sensation de malaise. Jamais je ne me suis sentie à ma place en lisant ce récit.

Je ne sais pas si je me relaisserai tenter par une oeuvre de Zola un jour, mais aujourd’hui je dirai pourquoi pas. J’attends de voir autre chose avant de figer mon opinion sur son style.

Citations

«Thérèse ne fut pas consultée ; elle avait toujours montré une telle obéissance passive que sa tante et son mari ne prenaient plus la peine de lui demander son opinion. Elle allait où ils allaient, elle faisait ce qu’ils faisaient, sans aucune plainte, sans un reproche, sans même paraître savoir qu’elle changeait de place. »

«Elle se disait, avec des raffinements de volupté, que quelques heures auparavant, elle était dans la chambre voisine, demi-nue, échevelée, sur la poitrine de Laurent ; elle se rappelait chaque détail de cette après-midi de passion folle, elle les étalait dans sa mémoire, elle opposait cette scène brûlante à la scène morte qu’elle avait sous les yeux. Ah ! comme elle trompait ces bonnes gens, et comme elle était heureuse de les tromper avec une impudence si triomphante ! »

« L’amant donnait de son sang, l’amante de ses nerfs, et ils vivaient l’un dans l’autre, ayant besoin de leurs baisers pour régulariser le mécanisme de leur être. »

« Elle avait mené une vie d’affection et de douceur, et, à ces heures dernières, lorsqu’elle allait emporter dans la tombe la croyance aux bonheurs calmes de l’existence, une voix lui criait que tout est mensonge et que tout est crime. Le voile qui se déchirait lui montrait, au-delà des amours et des amitiés qu’elle avait cru voir, un spectacle effroyable de sang et de honte. »

« Rien ne fut plus navrant que ce désespoir muet et immobile. Les larmes qui coulaient une à une sur ce visage mort dont pas une ride ne bougeait, cette face inerte et blafarde qui ne pouvait pleurer par tous ses traits et où les yeux seuls sanglotaient, offraient un spectacle poignant. »

signature

Publié dans livres | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Revue : Lingettes intimes Feminine intimate

feminine

Prix/quantité : 2,59€/20 lingettes

Ce qu’en dit la marque : Les lingettes Feminine Intimate ont été spécialement conçues pour l’hygiène intime. Elles sont imprégnées d’une lotion nettoyante douce et fraîche à base d’huile végétale et de Biolin qui rééquilibre la flore vaginale. Cette lotion réduit également la formation des mauvaises odeurs (effet déo protect). 99% des ingrédients sont d’origine naturelle. Le produit est formulé pour minimiser les risques d’allergies. 100% fibres biodégradables.

nvle transition

Ce que j’en dis : Ayant une utilisation très occasionnelle de ce type de produits, ces lingettes sont douces, elles n’irritent pas la peau. En revanche, sur une utilisation quotidienne ou presque je ne pourrai pas vous l’affirmer. Elles nettoient et rafraîchissent l’intimité en une fraction de seconde. Aucun désagrément n’est à déplorer : aucune démangeaison, aucune rougeur. Elles prennent vraiment soin de nos parties intimes. Je suis d’ailleurs ravie de les avoir lorsque je dois aller dans des toilettes publics, pour les frotter préalablement. Je suis bien plus sereine ainsi. En plus, son odeur de frais est d’une exquise légèreté. Pour couronner le tout, le sachet est très pratique à emporter partout et pourtant il contient tout de même 20 lingettes. Le rapport qualité/prix est pour moi excellent.

signature

Publié dans beauté, Soins | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Bilan lectures

Casse-Noisettes, E.T.A. Hoffmann et Lisbeth Zwerger

hoffmann

Je découvre ce conte à 21 ans, oui ! Et en plus, sous forme d’album pour enfants ! J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié la qualité des illustrations. Lisbeth Zwerger a le coup de crayon parfait pour les albums jeunesse : précis mais pas trop et un jeu de couleurs bluffant, qui colle sensiblement au côté onirique de l’histoire. Cette dernière est assez particulière. Je ne m’attendais pas du tout à une atmosphère si étrange. A vrai dire, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. C’est un conte que j’ai bien envie de rapprocher de La Princesse et la grenouille. L’amour est la solution à la malédiction. C’est beau, certes, mais si peu réaliste que même un enfant ne peut pas y croire. Et pourtant je me suis prise à me demander comment une issue aller être possible. Je n’avais pas vu les liens entre les personnages, j’ai été dupée. A partir de là, je ne peux que faire l’éloge de ce conte très bien mené.

 

L’Art de la guerre, Sun Tzu

tzu

J’ai voulu tenter ce court ouvrage. Il s’agit d’un manuel, d’un guide, pour les commandants -ou futurs. Les conseils lus au fur et à mesure des pages sont souvent judicieux, mais bien plus faciles à dire qu’à mettre en action. Car la guerre n’est pas toujours aussi prévisible qu’il ne le sous-entend dans son livre. C’était une lecture très longue, fastidieuse et je ne pense retenter l’expérience avec ce genre d’oeuvre.

Le Dernier ami, Tahar Ben Jelloun

ben jelloun

Tahar Ben Jelloun parle de l’amitié qui unit deux garçons, puis deux hommes. L’histoire de ces meilleurs amis m’a plue sans me transcender, jusqu’à la fin de l’oeuvre. Là, j’ai été très touchée par ce mélange de trahison, d’amour débordant et cette volonté de protéger la personne qui compte plus que tout à nos yeux. Parce que, parfois, c’est le regard de celui en qui on a le plus confiance qui nous fait le plus peur, qui est le plus lourd, le plus douloureux. L’amour n’a aucune limite, pas même la vie. Merci pour ce joli ouvrage, Tahar.

Blanche la colérique, Lison Pennec & Charlotte Melly

blanche

Ce sentiment d’injustice, cette sensation d’être moins bien que les autres, ce besoin de dénigrer autrui pour se rassurer alors que l’on sait pertinemment que l’on ment. Ce malaise dû à l’incompréhension, à la solitude. Cette même solitude qui entraîne la mort… Blanche utilise la vulgarité et sa décadence pour exprimer sa colère envers un monde qui ne semble pas lui correspondre. Un monde bouché, qui ne veut pas d’elle et la rejette sans cesse. Une colère envers elle-même également. Une spirale infernale, sans aucune sortie visible. Une bande dessinée criante de vérité et on ne peut plus actuelle.

Un cabinet d’amateur, Georges Perec

perec

Georges Perec est connu pour son style très particulier, très complexe. Et cet ouvrage n’y a pas échappé. A chaque page je m’ennuyais ferme. J’ai beau avoir un certain amour pour l’art, lire de longues énumérations de tableaux ne m’ont pas donnée de coup de cœur. Malgré tout, à chaque fin de paragraphe je me demandais ce que l’auteur avait caché dans cette énième liste. Parce que je savais que ça tramait quelque chose. Mais quoi ? Et je m’attendais à une enquête, parce que je sais que Perec aime les enquêtes et placer le lecteur au même niveau que l’enquêteur. Mais finalement, ça a été comme ça jusqu’au bout, jusqu’à ce que le dernier paragraphe délivre la clé. Le sens caché. Et là je me suis dit qu’il faudrait le relire entièrement mais je n’ai pas eu la foi. Je pense que son écriture est vraiment trop perchée pour moi.

« Un cabinet d’amateur n’est pas seulement la représentation anecdotique d’un musée particulier ; […] c’est une oeuvre qui bascule d’un univers proprement onirique où son pouvoir de séduction s’amplifie jusqu’à l’infini, et où la précision exacerbée de la matière picturale, loin d’être sa propre fin, débouche tout à coup sur la Spiritualité vertigineuse de l’Eternel Retour. »

Publié dans livres | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Revue : Poudre compacte matifiante naturelle Benecos

benecos

Prix/quantité : 7,50€/9g

Ce qu’en dit la marque : Poudre compacte naturelle pour un teint unifié et mat. Certifiée BDIH.

nvle transition

Ce que j’en dis : Il s’agit ici de ma première poudre compacte naturelle. Le produit est présenté dans un boitier en plastique pas forcément beau et qualitatif mais qui tient tout de même la route. Il suffit à protéger des légers chocs possibles lors de séjours. Ma peau est déshydratée mais normale. Malheureusement, cette poudre ne peut pas faire de miracles pour palier à la brillance d’une crème trop riche pour ma peau. Néanmoins, elle se défend bien puisqu’avec une crème plus adaptée, la matité est correcte. Et quel plaisir de pouvoir se tartiner le visage sans pour autant finir avec un vilain effet plâtré. Non, cette poudre a un rendu très naturel, elle ne se voit pas du tout. Le tout en unifiant très bien le teint. Elle est légère, se prélève et s’applique aisément avec un gros kabuki. Franchement, c’est un très bon rapport qualité/prix.

Qu’attendez-vous particulièrement d’une poudre ? En avez-vous trouvé une qui répond parfaitement à vos attentes ?

signature

Publié dans beauté | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire